Archives de catégorie : Biodiversité

La biodiversité n’est pas qu’un concept abstrait, elle touche notre quotidien et fait l’objet d’un arsenal réglementaire.

Les plantes utiles

Ces dernières années, la systématique a pleinement profité de l’amélioration quasi-exponentielle des techniques informatiques et des séquenceurs d’ADN. Cependant, il faut considérer ces apports comme une évolution et non pas une révolution. Cet article n’a pas pour objet d’expliquer cette nouvelle classification mais de la parcourir en présentant des plantes utilitaires : alimentaires, médicinale, horticoles… Le choix est arbitraire mais il permet de couvrir de nombreux genres d’Europe. Continuer la lecture de Les plantes utiles

La flore basque (présentation ppt)

La diversité de la flore basque est exceptionnelle et concourt à rendre ce pays, situé entre mer et montagne, encore plus attachant.

L’influence pyrénéenne et atlantique, le climat doux et humide favorise une diversité important dans la flore basque. Cependant, celle est actuellement menacée. La première raison est la disparition à cause des constructions des milieux naturels qui l’abritaient. La seconde raison est l’influence des plantes exotiques envahissantes telles que le séneçon en arbre (Baccharis halimifolia) et l’herbe de la Pampa (Cortaderia selloana). Ces plantes introduites ne soufrent d’aucun facteur pouvant limiter leur population (insectes, champignons en particulier) et concurrencent abusivement les plantes indigènes. Ainsi, les associations à ajoncs et bruyères de la côte basque disparaissent progressivement. Continuer la lecture de La flore basque (présentation ppt)

Gestion différenciée dans les jardins

La gestion différenciée est un concept d’entretien des espaces verts qui se développe actuellement. Elle permet de recréer de la diversité biologique dans les jardins d’agrément.

La gestion différenciée consiste à effectuer un entretien différent selon les zones du jardin. Par exemple, les tontes dans un jardin de style français seront plus fréquentes que dans un jardin anglais où à l’extrême dans une prairie. Un des outils de la gestion différenciée est donc une cartographie précise de l’espace : les différentes zones sont définies selon leur usage, leur écologie ainsi que selon leur richesse biologique, actuelle ou potentielle. Pour chacune des zones, sont définis les moyens et les fréquences d’entretien. A la différence de l’agriculture raisonnée pour laquelle, aussi, l’entretien et les traitements sont les plus faibles possibles, il n’y a pas de notion de production dans un jardin d’agrément sauf si l’on dit qu’une gestion différenciée permet de « produire » de la diversité biologique. Continuer la lecture de Gestion différenciée dans les jardins

Distillation des huiles essentielles

Les plantes aromatiques contiennent des essences odorantes enfermées dans la fleur, les racines, les feuilles, les résines des arbres. Ces essences parfumées sont contenues soient dans des cellules sécrétrices spécialisées soit dans des canaux laticifères. Les plantes sont placées sur une grille à l’intérieur d’un alambic. Elles peuvent être initialement préparées : hachage, rabotage des écorces, tri des organes les plus concentrés en essences… L’eau chauffée se transforme en vapeur d’eau qui traverse alors le matériel végétal en entraînant les molécules aromatiques. La vapeur d’eau s’échappe de l’enceinte fermée par un serpentin qui est refroidi soit par l’air soit par de l’eau circulant en sens inverse dans un cylindre contenant le serpentin. La vapeur d’eau se refroidissant se condense en un mélange eau et essences végétales récupéré dans un vase de décantation ou essencier. distillation_huiles_essentilelles.bmpDistillation pour l’extraction des essences végétales et l’obtention des huiles essentielles. (1) : l’eau est chauffée sous pression et transformée en vapeur dans la chaudière ; (2) : le matériel végétal est déposé dans le vase à plantes ; (3) : serpentin baignant dans un liquide réfrigérant pour la condensation du distillat ; (4) : les huiles essentielles sont séparées de l’eau plus dense qu’elles. La séparation eau et essences végétales s’effectue par simple différence de densité, ces dernières étant plus légères que l’eau. Les huiles essentielles peuvent ensuite être raffinées et les différentes molécules séparées par distillation sous vide. Les solutions obtenues sont alors pures ou pratiquement pures. Ce procédé est toujours utilisé à Grasse pour distiller la lavande, la sauge, le basilic. Pour obtenir un kilo d’essence pure, il faudra distiller : entre 4000 kg et 10000kg de pétales de roses, 1000 kg de fleurs d’oranger, 600 kg de géranium, 500 kg de fleurs de camomille, 330 kg de feuilles de patchouli ou 125 à 175 kg de lavande.