La véronique de Perse (Veronica persica, Plantaginaceae)

Les Véroniques (Veronica en latin) sont des espèces herbacées, de petites tailles, réparties dans l’hémisphère nord qui appartiennent à un genre facilement reconnaissable.

Le genre Véronique (Veronica en latin) comprend de très nombreuses espèces dans le monde, environ 180, principalement présentes sous le climat tempéré de l’hémisphère nord, seules 25 espèces poussent dans les montagnes africaines. Celles présentes sur notre territoire fleurissent dès le mois d’avril, comme la véronique de Perse (Veronica persica, photographie ci-dessous). Continuer la lecture de La véronique de Perse (Veronica persica, Plantaginaceae)

Les floraisons du printemps (vernales) : stellaire, pervenche et anémone

A la mi-avril, les premières fleurs apparaissent dans les sous-bois de nos régions. Profitant que les arbres à feuilles caduques n’aient pas encore formé de nouvelles feuilles, des plantes à floraison dite vernale (de printemps) viennent égayer nos forêts de chênes et de charmes. Continuer la lecture de Les floraisons du printemps (vernales) : stellaire, pervenche et anémone

L’espèce phylogénique, l’espèce cohésive, l’espèce écologique ou fossile

L’espèce phylogénique Cracraft (1989) définit une espèce phylogénique comme un ensemble non réductible d’individus ayant en commun une diagnose les différenciant des autres et comprenant les ancêtres, les individus actuels et leur descendance. L’espèce est donc un phylum ayant un modèle parental commun. Pour Queiroz & Donoghue (1990), l’espèce est le plus petit groupe monophylétique ayant un ancêtre commun. Continuer la lecture de L’espèce phylogénique, l’espèce cohésive, l’espèce écologique ou fossile

Espèce morphologique, espèce biologique ou espèce évolutive

Les principaux concepts de l’espèce : morphologique, biologique et évolutive

L’espèce morphologique La notion morphologique de l’espèce est souvent considérée comme une variation du concept de l’espèce typique consistant à réunir en une espèce des individus possédant des caractères morphologiques semblables. Ce n’est pas le cas, car elle est souvent une définition pratique. Ainsi Darwin, tout évolutionniste qu’il était, avait une approche morphologique de l’espèce puisqu’il écrivait en 1859 : « le terme d’espèce est donné arbitrairement pour des raisons pratiques à un groupe d’individus se ressemblant ». —— Continuer la lecture de Espèce morphologique, espèce biologique ou espèce évolutive

Fenêtre sur la botanique et la biodiversité

 et, velit, ipsum libero. Lorem tristique luctus